Emanuel Lang

Industrie textile : grâce à une petite société alsacienne, la France disposera d'une filature de lin

La France va retrouver une filature de lin. Une activité relancée par une entreprise alsacienne, Emanuel Lang, basée à Hirsingue (Haut-Rhin). La société vient d’installer des machines, rachetées à l’automne dernier, à la suite d’une fermeture d’usine en Hongrie.

Vendredi 10 janvier 2020 à 18:35 – Par Patrick Genthon, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu.

L’atelier de l’usine Emanuel Lang d’Hirsingue où sont installées les machines pour filer le lin. © Radio France – Patrick Genthon

L’industrie textile française va retrouver une filature de lin. Une activité encore modeste relancée par une entreprise alsacienne, Emanuel Lang, basée à Hirsingue dans le sud de l’Alsace. La société vient d’installer des machines, rachetées à l’automne dernier, à la suite d’une fermeture d’usine en Hongrie. Les agriculteurs français sont les premiers producteurs mondiaux de lin mais la matière première est exportée à 80% en Chine et pour le reste en Europe de l’Est pour être transformée, précise Christian Didier, le directeur général d’Emanuel Lang. Le propriétaire de l’entreprise Pierre Schmitt s’efforce de rebâtir un écosystème lié au textile avec ses autres sociétés notamment Velcorex et Tissage des Chaumes et des partenariats noués régionalement.

Une filière française pour le lin

Recréer une filière française, c’est le but de la société alsacienne qui a réinstallé ces machines début décembre, dans son usine d’Hirsingue. Elle bénéficie également de l’aide et du savoir-faire du constructeur de ces machines, une autre société alsacienne, Schlumberger de Guebwiller. Il a fallu aussi pour cela retrouver des compétences humaines localement. Six personnes ont déjà été embauchées, dont le responsable de la filature du lin, Thierry Guth, 60 ans , ravi de reprendre du service après avoir connu deux fermetures de filature durant sa carrière. La production de lin sera de 120 tonnes par an, soit moins d’un pour cent de ce que produit la filière agricole en matière première. (150 000 tonnes).

La matière première vient d’une coopérative d’agriculteurs normands. L’activité de tissage va débuter sur place d’ici quelques jours. Les premiers tissus en lin seront présentés début février aux clients potentiels dans différents salons textiles.