CORONAVIRUS 100 000 masques réutilisables pour les Sundgauviens

Nicolas Jander, maire d’Altkirch et conseiller départemental, se projette et pense déjà au déconfinement. En effet, le premier magistrat a décidé de doter l’ensemble des habitants du Sundgau d’un masque lavable et réutilisable, fabriqué par l’entreprise Emmanuel Lang à Hirsingue.

Par Alice HERRY – 15 avr. 2020 à 18:00

Christian Didier et Nicolas Jander se sont rencontrés samedi dernier pour mettre en route un projet d’envergure : la fabrication de 100 000 masques pour le Sundgau. DR

Un plan de fabrication et de distribution de masques lavables en tissu normé est en cours d’élaboration du côté du Sundgau. En effet, Nicolas Jander a rencontré Christian Didier, à la tête de l’entreprise textile Emmanuel Lang à Hirsingue, dans le but d’équiper la population du territoire.

« Il s’agit de masques barrière, lavables et réutilisables plusieurs fois. Composés de deux couches : une en lin, une en coton. L’idée de départ, c’était d’en donner un à chaque habitant d’Altkirch. Rapidement, j’ai souhaité étendre cette commande à l’échelle du Sundgau, soit 100 000 masques. » Sa posture de conseiller départemental du Haut-Rhin l’a logiquement amené à raisonner plus largement. L’homme a alors contacté la communauté de communes du Sundgau et celle de Sud Alsace Largue. Ces dernières financeront 50 % du projet. La moitié restante sera assurée par la commune concernée. L’organisation financière se calquera sur la base de ce qui s’est fait pour la fibre très haut débit. « Il y a un engouement autour de cette initiative. Il y a une vraie demande et un gros intérêt pour ce projet. Il faut y répondre », assure-t-il.

L’occasion de développer la filière du lin en Alsace ?

Les masques seront tissés et fabriqués à Hirsingue. « Ça donne une possibilité de créer la filière du textile en lin, ici en Alsace. Aujourd’hui, le lin vient de Normandie mais demain, il pourra venir du Haut-Rhin. Il y a des expérimentations du côté d’Ammertzwiller sur une parcelle dédiée au lin », précise le maire. Le Département travaille à élargir davantage pour permettre à l’ensemble des communes haut-rhinoises d’être équipée de masques similaires. « C’est en cours d’analyse ». Une fois sortis de l’usine textile, les masques devront être découpés et agrémentés d’élastiques. « Il y aura un peu de manutentions. L’ESAT de Marie-Pire à Altkirch et d’autres établissements pourront prêter mains fortes. » Les masques barrière sont en cours d’homologation. Une fois homologués, ils seront fabriqués dans la foulée puis seront livrés au fil de l’eau. « Le but, c’est que le 11 mai, les 100 000 masques soient distribués. »

En chiffres

  
Le masque barrière fabriqué dans les machines d’Emanuel Lang coûte 2,50 euros hors taxe à la fabrication (3 euros TTC). L’opération coûterait 20 000 € pour équiper les Altkirchois et 300 000 € pour l’ensemble du Sundgau.

« L’hôpital a su s’adapter et monter en puissance »

Avant d’enfiler les masques barrière, la population sundgauvienne devra patienter un peu et continuer l’effort de confinement. La crise sanitaire qui touche le pays a permis de démontrer de manière très concrète l’importance d’un hôpital de proximité comme celui d’Altkirch. « L’hôpital a su s’adapter et monter en puissance. Il a immédiatement proposé des lits Covid. Le personnel soignant a fait preuve de polyvalence. Toute la chaîne de l’organisation des soins a fonctionné. Si l’hôpital d’Altkirch n’avait pas été là, Mulhouse aurait été totalement submergé. Le système a tenu aussi grâce à l’hôpital d’Altkirch. On a en besoin sur le territoire. Et on en aura besoin encore plus à l’avenir. Le fait que Saint-Morand appartienne au GHRMSA a été profitable. Il y a eu des échanges entre les professionnels sur la façon de traiter les patients. C’est peut-être cette idée qu’il faut retenir. Il y a des synergies entre les deux hôpitaux, de l’entraide et des moyens humains déployés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *